Chiens et chats: un tiers d'aliments non conformes

Agroscope a relevé des échantillons contaminés avec des salmonelles ou des additifs dans l'alimentation pour animaux de rentes et de compagnie.

storybild

Près du tiers des aliments donnés aux animaux de rente et de compagnies vendus en Suisse n'étaient pas conformes en 2015. Outre des erreurs d'étiquetage, le centre de compétences de la Confédération pour la recherche agricole Agroscope a relevé des échantillons contaminés avec des salmonelles ou des additifs pour l'alimentation animale.

Chez les animaux de rente, Agroscope a prélevé 1314 échantillons d'aliments. «170 aliments (13%) ont fait l'objet de légères contestations, principalement dues à des erreurs d'étiquetage et 233 échantillons (env. 18%) de contestations plus sévères», détaille Agroscope dans un communiqué jeudi. La plupart de ces non-conformités relevées concernent des teneurs différant des valeurs déclarées et des erreurs d'étiquetage plus importantes.

Des recherches approfondies ont été menées sur certains prélèvements. Ils étaient contaminés avec des salmonelles ou des additifs. «Il s'agit, par exemple, de produits tolérés pour la volaille qui se sont retrouvés dans des la nourriture pour les cochons», précise Michel Geinoz, directeur du centre. Agroscope a aussi constaté des résidus de pesticides dans des aliments bio, qui ont dû être déclassés comme aliments conventionnels. Enfin, des OGM étaient présents dans un aliment. Celui-ci a donné lieu à des investigations supplémentaires.

Du côté des animaux de compagnie, 166 échantillons ont été passés sous revue. Si 63% d'entre eux n'ont donné lieu à aucune contestation, 35% présentaient des teneurs différant des valeurs déclarées. Ces teneurs se situaient même hors des tolérances officielles. Parmi ces échantillons, plus de la moitié présentait aussi des manquements dans la déclaration. Enfin, deux autres produits ont été retirés du marché: des teneurs en graines d'ambroisie supérieures à la valeur maximale. «On en trouve dans les mélanges pour oiseaux. Si les graines sont inoffensives, la plante est toxique pour les hommes et les animaux. Nous souhaitons donc éviter qu'elle se dissémine dans la nature», explique Michel Geinoz».

 

Article de 20 minutes